COVID-19. Changements climatiques. Il est temps que nos immeubles deviennent plus intelligents.

Les liens externes sont accessibles en anglais seulement. Le marché des logiciels et des systèmes d’automatisation des bâtiments est en croissance. On estime qu’il devrait atteindre les 20,5 G$ en Amérique du Nord d’ici 2027.

Ce n’est pas étonnant : le secteur de l’immobilier commercial continue d’adopter l’efficacité opérationnelle que ces systèmes procurent. Quoi de mieux? Les locateurs peuvent exiger des loyers plus élevés dans des immeubles équipés de technologies intelligentes tout en réduisant leurs coûts d’exploitation. Le rendement du capital investi est au rendez-vous.

Mais outre les avantages financiers concrets, deux facteurs relativement nouveaux émergent, incitant fortement les propriétaires à investir dans des systèmes d’immeubles intelligents : la pandémie de COVID-19 et les exigences en matière de carboneutralité. Ces deux éléments sont en train de changer notre perspective sur les bâtiments. Et bien qu’ils ne soient pas si clairement liés à la rentabilité des bâtiments, les gestionnaires immobiliers doivent en tenir compte.

COVID-19

Récemment, la pandémie de COVID-19 a mis en lumière les besoins en matière de qualité d’air dans les immeubles – une meilleure qualité que peuvent procurer les systèmes de CVC, particulièrement dans les écoles. En d’autres termes, le moment est venu de songer à remplacer les sources de chaleur traditionnelles par des thermopompes intelligentes et des ventilateurs de récupération d’énergie, le tout dans le but d’assurer le plus possible la sécurité des occupants.

En revanche, la pandémie a changé le visage des milieux de travail conventionnels. On a assisté à une réduction du taux d’occupation des bureaux – une tendance qui pourrait bien se maintenir pour de nombreuses entreprises, même si on finit par retrouver une vie « normale ». En conséquence, les gestionnaires d’immeubles auraient avantage à ventiler en fonction de la demande, ce que peut faire un système intelligent d’automatisation du bâtiment.

Cependant, il y a plus que la ventilation. Au tout début de la pandémie, bien des gestionnaires d’immeubles de bureaux ont vécu un réveil brutal au chapitre de la consommation d’énergie : les locataires travaillaient à la maison, mais les coûts d’énergie demeuraient les mêmes. À l’avenir, alors que certains employeurs continueront de fonctionner avec du personnel dispersé, les gestionnaires d’immeubles devront réévaluer les réglages et paramètres de contrôle de leur système afin d’éviter des dépenses excessives. (Personne ne veut une facture d’énergie salée pour un immeuble à moitié vide.)

Changements climatiques

Tandis que certains se concentrent sur l’énergie, d’autres se préoccupent du carbone. Alors que la crise climatique prend de l’ampleur, les gestionnaires d’immeubles subissent une pression accrue pour investir dans des systèmes qui réduisent radicalement les gaz à effet de serre. Et ceux qui sont déjà « engagés » à être plus verts font face à davantage d’imputabilité. Finie l’époque où l’automatisation d’un bâtiment n’avait pour objectif que l’économie d’énergie. Alors qu’on avait déjà délaissé l’électricité au profit du gaz naturel, on devra bientôt revenir en arrière – ou du moins adopter une formule équilibrée – afin de réduire considérablement les émissions de GES.

Il ne s’agit toutefois pas d’une dévolution. Une stratégie bicombustible, par exemple, jumelée à un système d’automatisation évolué peut offrir le meilleur des deux mondes : on utilise la chaudière électrique si c’est financièrement avantageux, et la chaudière à gaz si ça ne l’est pas. C’est gagnant-gagnant, mais ce n’est que le début.

Le défi sera de convaincre les décideurs d’investir dans l’équipement nécessaire. En effet, les gains financiers découlant du recours à des sources d’énergie plus durables ne sont pas si alléchants. Mais comme les gouvernements priorisent les programmes verts et que le coût des produits de base changera certainement au cours des prochaines décennies, c’est une bonne stratégie pour préparer les immeubles à relever les défis de l’avenir – et pour donner un coup de pouce à la planète.

La marche à suivre

En bref, les technologies d’immeubles intelligents, comme les systèmes de contrôle de CVC, jouent un rôle fondamental en contribuant à optimiser la consommation d’énergie et les coûts d’exploitation. Ce n’est toutefois pas la seule et unique raison de les adopter. De la COVID-19 aux changements climatiques, notre monde continue d’évoluer – comme doivent le faire nos décisions relativement aux systèmes d’automatisation des bâtiments.

À solutions énergétiques Envari , nous savons que les propriétaires d’immeubles qui s’attaquent dès aujourd’hui de façon proactive aux enjeux en mutation seront bien positionnés demain. Si vous souhaitez en apprendre davantage sur l’automatisation stratégique des bâtiments, visitez notre page consacrée aux Systèmes d’automatisation des bâtiments ou contactez-nous pour en discuter.

Partager cet article :

Services de conception et d’ingénierie

Découvrez comment la conception et l’ingénierie d’avant-garde peut faire de votre bâtiment ordinaire un immeuble extraordinaire.

Audits et évaluations énergétiques

Plus un bâtiment est intelligent, plus il est prêt à s’adapter aux technologies de l’avenir. Rendez votre immeuble plus intéressant à posséder, à exploiter et à louer.

Contrôle et automatisation de l’énergie

Optimisez la consommation d’énergie pour votre entreprise. Prenez des décisions éclairées grâce à des données en temps réel.

Diagnostic de câbles / CableQ

Protégez vos précieux actifs. Gérez efficacement vos câbles souterrains avec CableQ d’Envari.

Infrastructure pour véhicules électriques

Popularité croissante des véhicules électriques. Soyez proactif et branchez votre immeuble sur l’avenir.

Éclairage des voies publiques

Réduisez vos frais d’énergie — et votre empreinte carbone — tout en gagnant en connectivité et en contrôle.